AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We never change [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rusty Savage
Nightmare 2
Nightmare 2
avatar

▐ Inscrit le : 24/05/2012
▐ Messages : 128
▐ Âge : 26
▐ Clintz : 1991

MessageSujet: We never change [libre]   Mer 30 Mai - 9:52

La porte du club s’ouvre en grand, faisant éclater dans la rue un tonnerre de sons et de lumière. L’animal, sur le toit de l’immeuble en face, plaque ses oreilles sur sa tête, irrité. La personne qu’il attendait de voir ne viendra pas, il le sait. Elle serait déjà là. Un autre des hommes de main d’Ielena l’aura sans doute intercepté quelques mètres plus bas sur la route. L’animal secoue la tête, pas déçu le moins du monde de s’être fait doubler : ramener des proies vivantes pour que quelqu’un d’autre que lui s’amuse avec, ça n’a jamais été son fort. Lentement, sa forme se modifie pour devenir celle d’un homme de grande taille.

Finalement, si quelqu’un d’autre a attrapé la cible, ça veut dire que la nuit m’appartient. Autant aller faire un tour au Pilou, histoire de finir d’engourdir mes pauvres oreilles, déjà un poil moins sensibles sous cette forme. Et peut-être me trouver une proie bien à moi, avec laquelle je pourrai faire ce qui me chante plutôt que de me trimballer un corps assommé jusqu’au manoir des Nightmare. Je grimace. Non, vraiment, je suis content de m’être fait doubler sur ce coup. J’avise le tas de vêtements qui traîne à côté de moi. J’avais bien fait de prévoir que j’en aurais besoin. Il y a un peu de bave dessus mais on fera avec.

La montagne de chair qui fait le piquet devant la porte me regarde un moment alors que je sors de la ruelle après être descendu de mon perchoir, l’air de sortir de nulle part, les mains dans les poches. Je ne m’arrête pas devant lui pour qu’il me fouille. J’ouvre la porte moi-même. La lueur jaune de mon regard suffit le plus souvent à en décourager plus d’un. La musique techno est tellement forte que pendant un instant, le temps de m’y habituer un peu, je reste planté sur le bord de la porte, le poil hérissé sur la nuque. Je grince un peu des dents, me secoue, et me dit que je vais arroser un peu cet inconfort au bar avant d’aller renifler ce qu’il y a d’intéressant dans la foule qui se démène sur le plancher de danse.

« La même chose que d’habitude. »

Le barman me regarde avec un drôle d’air, que je m’explique par le fait que son odeur ne me dit rien. Du coup, ma tronche et ma commande lui disent probablement rien non plus. Sûrement, en fait. Je lui adresse un grand sourire, puis précise : wallbanger. Un heureux mélange de vodka, whisky et bière.

J’attends, dos au bar, face à cette foule dont l’odeur d’excitation pure affole mes narines. Un sourire s’étire à nouveau sur mes lèvres. Quelqu’un, ce soir, repartira avec un aller-simple vers mon estomac, avec escale dans un lit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Ahmon
Rescue2
Rescue2
avatar

▐ Inscrit le : 24/05/2012
▐ Messages : 45
▐ Âge : 26
▐ Clintz : 1929

More About You
Pts de démérite: 0

MessageSujet: Re: We never change [libre]   Mer 15 Aoû - 19:39

Le grand malheur de mes parents eut été, non pas d’avoir engendré un fils comme moi, mais plutôt d’avoir lamentablement échoué à son éducation, à sa réalisation tant professionnelle qu’individuelle. L’idéal aurait été que ma personnalité soit différente, que l’argent, l’alcool, le jeu et les femmes occupent mon esprit et que je soigne davantage mon aspect physique. Souvent, ma mère me murmure quelques recommandations, quelques conseils esthétiques, tentant de peigner ma longue tignasse hirsute ou de troquer mes vêtements amples et confortables pour des ensembles élégants et coûteux. Sans grand succès. Quant à mon père, il se désole de mon désintérêt flagrant pour les affaires et la finance, l’entreprise familiale et la vie mondaine. En outre, tous deux craignent pour la descendance, pour la noble lignée des Ahmon dont je suis le seul héritier.

C’est pourquoi ils s’efforcent de me dénicher une promise, une greluche incompétente et superficielle, héritière elle aussi d’une famille mémorable et honorable, porteuse en son utérus de la survivance des Ahmon. Voilà la raison pour laquelle j’ai dû me défaire de mes obligations envers Elvira ce soir et traîner ma carcasse embarrassée dans un club branché où les aguicheuses se trémoussent sans vergogne sur la piste de danse, alors que les hommes les regardent en salivant, faisant rouler leurs gros muscles pour les impressionner. Malgré tout, le spectacle est fascinant. Je sens d’ici les hormones et la tension sexuelle, m’étonnant que tous ces gens ne baisent pas déjà à mes pieds. Mais je ne suis pas à l’aise. Pis, je suis plutôt mécontent. Je préférerais être au labo ou chez Elvira, classant ses papiers, patientant jusqu’à son retour de patrouille. Je me demande justement où elle est, dans sa traque, recherchant une sombre créature aux habitudes douteuses et écoeurantes.

Résigné, je sirote donc ma boisson, tapotant le comptoir, observant les alentours. Ma partenaire pour la soirée, une jeune femme d’une très grande beauté mais dont la voix nasillarde incommode mes oreilles, se déhanche comme une forcenée sur la piste de danse. Elle ne semblait pas particulièrement enchantée de partager son temps avec moi, mais l’héritage familial qui plane au-dessus de ma tête la séduit considérablement. Je soupire. Un grand type au visage creux, et au regard enflammé, vient s’asseoir au bar, commande un breuvage et fouille la salle de ses yeux jaunes lumineux. C’est pas banal, pas fréquent non plus. Et cela pique ma curiosité. Surtout qu’ils me rappellent une bête, tapie dans les buissons, qui me dévisage avec hostilité et appétit. L’inconnu frémit, hume l’air, sourit puis, raide, braque son attention sur moi.

Il est grand et maigre, mais ses muscles saillent sous sa chair distendue. Je ne doute même pas qu’il puisse me fendre un os d’un claquement de doigts, tant son corps dégage une puissance féline et indomptable. Les femmes doivent l’apprécier, se l’arracher. Il me fallut un certain temps avant de baisser les yeux, les joues cramoisies, intimidé par ma propre audace et par l’intensité de son visage. Un nouveau coup d’œil en direction de ma « date » m’indique qu’elle en est maintenant à se tortiller de manière éloquente sur une musique endiablée et discordante, sans doute désireuse d’attirer un pauvre mâle dans ses filets afin de me faire regretter mon refus de danser. Je soupire, découragé, puis commande deux cocktails. L’un que j’offre à l’étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rusty Savage
Nightmare 2
Nightmare 2
avatar

▐ Inscrit le : 24/05/2012
▐ Messages : 128
▐ Âge : 26
▐ Clintz : 1991

MessageSujet: Re: We never change [libre]   Ven 17 Aoû - 12:05

Je n’ai pas remarqué tout de suite le grand maigrichon qui s’est installé à côté de moi, trop occupé que j’étais à poser mes yeux sur de la peau luisante de sueurs sous l’éclairage des spots. Tout ici est fait pour rendre ces femelles désirables. La musique les entraîne à se déhancher, et elles le font bien, oh très bien. Les couleurs des ampoules, le mouvement de certains rais de lumière, tout cela éclaire leur corps de façon à lui donner quelque chose de fascinant, comme une lueur mouvante qui émanerait d’elle. Pour quelqu’un qui, comme moi, a des sens extrêmement entraînés, ce spectacle a quelque chose d’un peu étourdissant, hallucinant, et surtout alléchant. Et pour n’importe quel imbécile qui se trouve sur le plancher de danse avec elle, ou qui les observe depuis le bar sans rien tenter, ces filles ne sont que des morceaux de viande : le loup et l’homme se ressemblent, dans ce genre d’endroits.

Un raclement sur le comptoir attire mon attention, et ma tête se retourne en direction de ce verre glissé vers moi. Je hume l’air, attentif, essayant de deviner ce qui se trouve dans le mélange. Je repère le rhum, et une légère odeur d’orange. Les glaçons tintent contre le bord du verre, tranquilles. Au même moment, le barman m’envoie ce que j’avais commandé. Je regarde les deux verres, puis lève les yeux vers la personne qui m’a offert le second, un intrus bienvenu dans mon régime. C’est le grand maigrichon auquel je n’avais pas porté attention. Je prends le verre qu’il m’a envoyé et le lève dans sa direction avant d’en avaler le contenu. Satisfait, je repose le verre, et me tourne vers le gars, le détaillant des pieds à la tête. Pas de quoi faire un repas avec ce truc : il n’a que la peau sur les os. Bien que, je dois l’admettre, j’aime bien ronger les os. Quoiqu’il en soit, il n’entre pas dans mes projets du soir : j’avais prévu de faire une escale dans mon lit avec ma proie, alors pas question que ce soit un mâle.

« Merci mais … je suis pas ce genre de mec. »

C’est toujours flatteur – et surtout pratique – de se faire payer un verre dans un bar, mais franchement, je préfère quand ça vient d’une meuf. Je n’ai pas encore choisi à qui j’allais offrir un verre, d’ailleurs, et plus si affinités. Oh, il y aurait affinité : celle que je choisis, je la prends, et pas de raison qu’elle fasse des histoires. Du coin de l’œil, je remarque une fille qui se frotte furieusement contre un mec, et qui lance parfois des regards à mon voisin. Le verre dans la main, je la lui pointe du doigt.

« J’crois que celle-là essaie d’attirer ton attention. »


On se demande bien pourquoi d’ailleurs.

_________________
We're so full of shit
« Living easy, living free. Season ticket on a one-way ride, asking nothing, leave me be, taking everything in my stride. Don't need reason, don't need rhyme. Ain't nothing I would rather do. Going down, party time •• highway to hell »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Ahmon
Rescue2
Rescue2
avatar

▐ Inscrit le : 24/05/2012
▐ Messages : 45
▐ Âge : 26
▐ Clintz : 1929

More About You
Pts de démérite: 0

MessageSujet: Re: We never change [libre]   Mer 12 Sep - 23:24

-Merci mais … je suis pas ce genre de mec.

Pas ce genre de mec? Pourtant, il boit l’alcool avec une certaine satisfaction. Pas ce genre de mec? Intrigué, interdit, je fronce les sourcils et hausse les épaules, me détournant de la piste de dance et de cette écervelée qui se dandine l’arrière-train avec une ferveur endiablée. Le barman aussi me reluque bizarrement, comme si ma tête était couronnée d’antennes ou que ma bouche s’agrémentait de mandibules monstrueuses. Pas ce genre de mec? Je ne comprends pas. Pensif, je me gratte le menton, puis les cheveux, et je fais un signe au serveur pour qu’il me verse un autre verre semblable. Elvira prétend que je suis une mauviette, une pâle imitation de la représentation masculine parce que je ne bois pas de bière. Et que je ne n’éructe pas des sons disgracieux par la gorge. Comme elle le fait si bien. Pas ce genre de mec? Soudain, je saisis et, honteux, je marmonne des paroles incompréhensibles. Je ne suis pas gai, même si Elvira l’affirme et en semble profondément convaincue. Mes parents aussi d’ailleurs. Ce n’est pas parce que je ne couche pas avec des femmes que je suis nécessairement et fondamentalement homosexuel. Quoique les hommes paraissent beaucoup moins dépravés et pervers qu’Elvira. Ça, j’en mettrais ma main au feu.

-J’crois que celle-là essaie d’attirer ton attention,
me signale l’inconnu en désignant ma compagne pour la soirée.

Un simple regard dans la direction de la jeune femme suffit pour que celle-ci double d’enthousiasme dans ses mouvements. Et dire que mes parents souhaiteraient que j’épouse une fille de ce genre pour perpétuer la lignée. Autant m’ouvrir la gorge sur le champ. Mal à l’aise, je me mis à me tortiller sur ma chaise, avalant à grande gorgée ma boisson. L’individu me détaille longuement du regard, visiblement curieux de découvrir en moi les raisons de l’intérêt que me porte cette plaie féminine. Il est plutôt bel homme, ce type, quoique trop grand et trop… Ses yeux jaunes captent aussitôt mon attention. De grands yeux jaunes semblables à ceux de cette bête, dans la forêt, il y a de cela quelques années. Du coup de l’œil, je réalise que la fille en question se rapproche lentement.

-Malheureusement. J’aimerais bien que quelqu’un d’autre attire son attention.


Soudain, une idée germe dans ma tête et m’apparaît comme la plus merveilleuse révélation.

-Tu vois, je ne suis pas gai, le verre, c’est seulement pour te demander une faveur. Prends-la, amène-la quelque part. Tu sais probablement mieux t’en occuper que moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rusty Savage
Nightmare 2
Nightmare 2
avatar

▐ Inscrit le : 24/05/2012
▐ Messages : 128
▐ Âge : 26
▐ Clintz : 1991

MessageSujet: Re: We never change [libre]   Lun 24 Sep - 8:59

Pendant un moment, le petit jeunot me dévisage, comme s’il essayait de voir derrière mon visage. Eh oh ça va. T’y trouveras rien d’autre que derrière ton propre visage : à savoir des os, des muscles, des nerfs et du sang.

« Malheureusement. J’aimerais bien que quelqu’un d’autre attire son attention. Tu vois, je ne suis pas gai, le verre, c’est seulement pour te demander une faveur. Prends-la, amène-la quelque part. Tu sais probablement mieux t’en occuper que moi. »

Il ne me regarde plus. Moi par contre, j’en profite pour le dévisager. C’est trop facile. Ce gars me jette une proie dans les pattes en me demandant très explicitement de l’en débarrasser ? Bon, il n’entend sans doute pas ça de cette façon mais ça revient au même. Je suis entré ici avec une idée en tête : une fille, un plan cul et un petit dîner en tête à tête, si vous voyez ce que je veux dire. Un rictus vient éclairer mon visage.

« T’as un grain mon vieux, tu le sais, ça ? »


Non mais c’Est vrai. Il est visiblement pas choyé par la vie niveau fille – qu’il soit gai ou pas j’ai encore quelques doutes sur la question – et au moment où l’une d’elle s’intéresse à lui, il la repousse dans les bras d’un carnivore. Moi ça ne me dérange pas en fait. Je détourne mon regard du morveux et le dirige vers la jeune femme, qui elle regarde le morveux. Qu’est-ce qu’elle peut bien lui trouver ? Doit y avoir un truc que je sais pas dans c’t’histoire.

« Elle est pas moche, plutôt bien roulée même. C’est sûr que le visage c’est pas Kate Moss mais à la limite, tu regardes le mur devant toi, ou tu la prends par derrière. » Je lui envoie un coup de coude en ricanant. Quoi ? Au moins je lui ai pas dit de mettre un sac sur sa tête. « Tu pourrais tirer un bon coup avec elle, et t’es même pas obligé de la revoir. Tu la pistonnes un peu, tu prends ton pied et tu te tires. Ça t’engage à rien, puis elle s’en remettra. »

À partir de là par contre, baratin. Pas question que cette fille reparte dans les bras du nabot après m’avoir mis l’eau à la bouche. Elle est pour moi. Et puis ce que je lui dis … ça serait valable pour n’importe quelle autre fille. Il a pas l’air d’en connaître un rayon et moi je suis comme quoi … son menteur, qu’on dit ? Moniteur ? Mentor ? Peu importe. Le gars qui lui montre le chemin.

_________________
We're so full of shit
« Living easy, living free. Season ticket on a one-way ride, asking nothing, leave me be, taking everything in my stride. Don't need reason, don't need rhyme. Ain't nothing I would rather do. Going down, party time •• highway to hell »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Ahmon
Rescue2
Rescue2
avatar

▐ Inscrit le : 24/05/2012
▐ Messages : 45
▐ Âge : 26
▐ Clintz : 1929

More About You
Pts de démérite: 0

MessageSujet: Re: We never change [libre]   Ven 25 Jan - 23:59

Regarder un mur ? La prendre par derrière ? La pistonner ? Ma bouche devient pâteuse, mes doigts se crispent sur le verre qu’ils tiennent. La tournure de la conversation ne me plait pas vraiment. À dire vrai, j’en suis plutôt embarrassé. Il m’est un jour arrivé de me demander si j’étais le seul individu posé et prude de toute cette maudite ville de pervers et de dévergondés. Client City pue la crasse et le sang, l’urine rance et la débauche. Elvira prétend que je ne suis pas un vrai homme parce que je me plais davantage dans les bouquins et les enquêtes que dans les plaisirs de sa chair, parce que la voir se balader à poil dans son appartement ne me soutire qu’un air béat et fuyant.

Je secoue ma tête, bois une gorge. Une longue gorgée. Je fais signe au barman de me servir un autre verre, puis je lance à mon compagnon de beuverie un coup d’œil mal à l’aise. Plutôt beau, dans son genre j’imagine. Ses yeux sont captivants, ça, je peux lui concéder. Pas une couleur exceptionnelle, ni une forme remarquable. Mais un marron teinté d’or, qui réfléchit les lumières comme il semble les absorber. Ils sont saisissants, ces yeux, captivants, cruels et sombres, amusés et voraces. Son sourire carnassier me fait songer à celui des loups. Je frissonne.

-C’est pas sa tête le problème
, que je marmonne, payant le barman et puisant mes forces dans l’alcool. Et si je devais la « pistonner », comme tu dis, je serais marié à cette idiote avant même d’avoir eu le temps de m’épancher. Non, le mieux serait que je trouve un moyen de m’en défaire, comme de retirer cette idée incongrue de la tête de mon si charmant géniteur.

Je m’humecte les lèvres, réalise que j’en ai trop dit. C’est l’alcool qui me délie la langue. Habituellement, je suis bien plus coincé que ça. Embêté, j’évite le regard de l’inconnu, m’assure que l’autre coquine continue à se démener sur la piste de danse, les yeux braqués sur moi. C’est vrai, elle n’est pas laide. Un sac sur la tête, ou la tête dans les oreillers. Mais je préfère la beauté farouche d’Elvira. Et encore, je n’ai aucune envie de ce genre de chose ce soir. Comme tous les autres soirs. Je soupire.

-Ouais… j’ai peut-être un grain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: We never change [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
We never change [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 18 ans... Mais sa change quoi? [Libre]
» Vers un accord de libre échange Sino-Canadien
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sick & Twisted  :: Clint City :: Cool Attitude :: Le Pilou Dancing Night-
Sauter vers: